Sans titre n°1

innocent infant

Ils se meuvent, dans le fracas de leur silence, les Phantômes de votre gloutonnerie macabre. Leurs yeux opalins fixant avec horreur l’infini que vos simulacres de choix leur imposent machinalement.

Le craquement de leur corps scindés avec barbarie, le suintement de leur peau dont vous serez bientôt parés, tous résonnent, se répercutent sous chacune de vos respirations.

Normalisons l’Innomable, dansons sur les cadavres de l’Innocence désincarnée, l’Homme jouit dans l’éclatante luminosité de ses Ténébres inassumées. Mentons à gorge déployée, moquons la réalité voilée, oublions l’évidente mascarade systématisée.

Dans le fracas de leur silence, les Phantômes de votre gloutonnerie macabre jaugent, interdits, l’immensité de votre crime. Leurs yeux opalins envahissant vos vies de l’horreur infinie du simulacre de votre supériorité improvisée.

Le craquement de vos corps rejoindront, bien trop tard, le suintement de leurs larmes dont vous vous imprégnez à chaque bouchée. Coupable ignorant ou volontaire,

dansez, gesticulez, sur les restes du Monde, sans lequel,

vous ne serez bientôt plus que des ombres ridicules disparues bien trop tard.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.